Rencontre avec Sylvie Goulard : le débat est ouvert !

A l’appel de Sylvie Goulard, Députée européenne, Altafemina, réseau féminin d’Aix-Marseille-Provence, a répondu présent à un déjeuner de travail autour du thème « Femmes et libertés individuelles », aux côtés de Soumia Malinbaum, présidente d’honneur l’Association Française des Managers de la Diversité (AFMD), vendredi 30 janvier dernier.

Les récents attentats et les rassemblements citoyens partout en France et en Europe remettent au centre du débat la question de la liberté individuelle et des valeurs communes en Europe.

Le temps d’un déjeuner « citoyen », les participants des réseaux de l’AFMD, de l’UDI et d’Altafemina ont livré leur sentiment sur le climat actuel de notre société, leurs craintes et leurs convictions. Un débat ouvert, amorce de réflexion ?

Au fil du déjeuner, l’émotion est palpable mais le sentiment de l’engagement est bien présent ; chacun est résolument décidé à faire bouger les lignes à son échelle, mais comment ?

Après un tour de table qui ne cesse de s’agrandir avec l’arrivée de nouveaux participants, le débat est lancé par Sylvie Goulard : « Comment expliquer la faible participation des marseillais aux rassemblements Je suis Charlie ? »

Globalement, le sentiment de régression est là, sur des sujets liés aux femmes, à la religion, à l’ouverture d’esprit et au respect de l’autre.

Plusieurs intervenants se sont dit déçus par les rassemblements et n’y ont pas participé : récupérations politiques, rôle des médias, tri sélectif entre Je suis Charlie, Je suis juif ou policier…tout ceci a quelque peu entâché la vague collective et solidaire.

Pour d’autres, ces rassemblements étaient essentiels et ce, peu importe les polémiques : « il fallait en être » a évoqué Danièle Prieur, il fallait « montrer à ses enfants ce qu’est la France, leur permettre de prendre conscience de leur société » dit Caroline Baron.

L’élan de solidarité réveille l’engagement, et la part « d’historique » explique également cette volonté de participer au mouvement en tant que citoyen.

Il y a aussi le registre de l’émotion, qui marque et unit : « les attentats ont été vécus comme un deuil », explique Sylvie Goulard. « Ces événements ont une dimension européenne, la France a donné un message entendu à l’international, celui du Vivre Ensemble » ajoute t-elle.

 

La question de « l’après » se pose rapidement autour de la table : quelles réformes à mettre en place, comment redéfinir la laïcité ?

« Le constat de la fracture sociale, identitaire est fait, on assiste à une perte des repères fondamentaux et il nous faut repartir à zéro pour essayer de comprendre », explique Soumia Malinbaum.

« L’Etat de droit doit s’affirmer contre cette minorité qui veut le mettre à mal en ayant conscience que cela reste une dérive sectaire de l’Islam » affirme Sylvie Goulard.

Sur la question de l’Europe, Christine-Anne Chevry a soulevé la problématique de défense européenne qui est pour l’heure inexistante.

Enfin Soumia Malinbaum remet au centre du débat « la femme » : « aujourd’hui il existe une multitude de diversités, 4 générations ont passé, les femmes ont un rôle essentiel à jouer, les mères, les jeunes filles sont porteuses d’un changement ».

De cette rencontre citoyenne, il ressort un sentiment d’engagement fort, une envie de changement, un besoin urgent de valeurs communes, de réformes, de repères et de solutions.

 

Autour de la table 

– Sylvie Goulard, Députée européenne UDI

– Thérèze Roy, chef d’entreprise, association dans les quartiers Nord pour inviter les femmes à participer à des événements mixtes, également engagée dans les lycées pour faire connaître la politique, l’Europe…

– Soumia Malinbaum, Présidente d’honneur de l’AFMD

– Julien Ayoun, Avocat

– Danièle Prieur, Présidente d’Altafemina et Avocat

– Christine Anne Chevry, Senior Manager, Airbus Helicopter et Vice Présidente d’Altafemina

– Caroline Baron, Chef d’entreprise, Présidente de la fédération de l’Habillement en PACA, Vice Présidente d’Altafemina

– Sylvie Brunet, membre du Conseil CESE, Vice Présidente des droits des femmes, Enseignante

– Nathalie Mortier, Chef d’entreprise Plage du Bestouan

– Elsa Ozzola, consultante en communication

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *