Entretien avec Laurence Bricteux, une geek qui en veut !

Pour ce portrait d’été, nous avons rencontré Laurence Bricteux : originaire de Belgique, elle agite depuis peu le monde du numérique marseillais (et au-delà) avec ses acolytes…

Parcours atypique
Laurence Bricteux, c’est un parcours professionnel multiple dont elle avoue ne pas avoir vraiment conscience ! Ces changements professionnels n’étaient pas attendus ou voulus au sens d’un leitmotiv, Laurence Bricteux préfère qualifier son parcours « d’accidentel »… n’y voyez rien de négatif !

« La vie est une série de hasards » dit-elle… De ses envies de médecine, c’est dans la communication et le marketing qu’elle se plonge, avec une première expérience marquante en politique : la communication d’un jeune ministre belge.
Puis le chapitre Apple s’ouvre : pour l’anecdote, Laurence doit ses débuts numériques à sa grand mère qui lui offre son premier Mac en échange d’un « tu vas m’apprendre… ».
Chez Apple elle occupe plusieurs postes pendant 10 ans (soit du 1er imac au 2e iPhone), dont celui de Responsable du lancement de produits : pendant 4 ans elle vit entre La Californie, Silicon Valley et Paris.

Puis elle découvre Marseille chez Monster où elle occupe le poste de PR Marketing. Ici elle est au plus près de la transition digitale. Elle devient ensuite responsable du pôle digital du groupe NRJ et entre dans le « dur » du numérique !
Elle se passionne pour ce domaine et pour le codage qu’elle apprend seule derrière son écran : « c’était merveilleux d’apprendre la nuit avec un casque et en anglais ! »

Chapitre marseillais 
A la recherche d’une nouvelle opportunité professionnelle, Laurence gagne Marseille, une ville qu’elle affectionne et qui présente, selon elle, un potentiel fort de développement. « Marseille est le dernier eldorado en Europe, c’est la Californie sans les inconvénients ! »

Là, elle commence à agiter le monde du numérique, il faut dire que Laurence Bricteux est une [hyper]active, bouillonnante d’idées.
On la retrouve aujourd‘hui chez YUMP Academy, Kedge Business Nursery et Marseille Innovation où elle diffuse ses précieux conseils en stratégie et accompagne des porteurs de projets.

Elle est aussi à l’origine des Ateliers-Goûters du Code pour enfants lancés en mars 2014 : des cours gratuits, totalement novateurs à Marseille et au cœur d’une problématique identifiée par le gouvernement.
Elle est à l’initiative de l’antenne marseillaise de Girls in Tech et a lancé – aux côtés de Antoine Guyon et Roch Giraud  – la Little French Tech des Suds dont les premiers Apéros géants ont réuni plus de 200 personnes ! Preuve que le territoire Aix-Marseille-Provence est branché #numérique, il ne manquait qu’une impulsion…

Lorsqu’on l’interroge sur le potentiel numérique du territoire à son arrivée il y a 2 ans, elle nous répond : « il était prêt mais pas développé. Tout est à faire, il faut impulser une dynamique et c’est un bonheur d’être au milieu de tout ça. »

Son ambition pour le territoire
« Il manque un lieu pour les startups au cœur de Marseille, pour fédérer les acteurs et pour les encourager à rester sur le territoire. On a tout le potentiel pour garder nos startups, il y a vraiment quelque chose à faire pour cela ! »

Dans la lignée de l’opération lancée il y a peu « Reviens Léon », Laurence Bricteux adapterait bien le concept à Marseille pour conserver les talents locaux. Par sa proximité avec Paris et les pays d’Afrique, Marseille tient une place stratégique selon elle, « il est également important d’encourager les étudiants à rester ici pour créer leur business ».

A la question des réseaux féminins, la membre d’Altafemina se dit pour le maillage, le croisement des idées et des échanges. Un réseau féminin oui, mais avec des idées novatrices, des axes dynamiques et une porte ouverte aux hommes aussi !
« Je ne me suis jamais sentie femme dans une entreprise, excepté chez NRJ où j’ai ressenti ce qu’était une femme dans une direction masculine de groupe media »…« Je ne suis pas féministe mais je suis choquée de voir la façon dont les femmes sont lynchées sur le net via des commentaires » (A lire « Women Should Keep Reading the Comments »)

Sa devise lui vient de Steve Jobs « On ne peut prévoir l’incidence qu’auront certains événements dans le futur ; c’est après coup seulement que les liens apparaissent. Vous devez avoir confiance : les points vont se connecter d’une manière ou d’une autre dans le futur. »

 

> Plus d’informations :laurencebricteux.com

> Evénement à venir :Shake les 29 et 30 juin prochains

 

EO


0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *